21/03/2010

La guerre 1914-1918 (WWI ou GM1)

La première guerre mondiale 1914-1918 (1GM ou WWI)

Après l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand d’Autriche et de son épouse à Sarajevo le 28 mai 1914, l’Empereur François-Joseph d’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie le 31 juillet 1914.
Dans l’espoir de garantir la neutralité de la Belgique, le Roi Albert Ier déclare la mise sur pied de guerre de l’armée, parce que l’Empereur d’Allemagne Guillaume II, allié de l’Autriche déclare successivement la guerre à la Serbie, à la Russie et à la France les 1er et 2 août 1914.
Le 4 août 1914, l’armée allemande envahit la Belgique, et aussitôt l’Angleterre, garante de la neutralité belge, déclare la guerre à l’Allemagne.
Les troupes belges se portent immédiatement vers la frontière et offre à l’envahisseur une résistance opiniâtre. Devant cette courageuse détermination, les allemands passent leur colère en fusillant des otages ou en brûlant des villages.
Les civils paieront un lourd tribu de sang dans cette invasion sauvage, que des Croix et Médailles civiques récompenseront pour des actes de courage et de dévouement.


Les décorations civiques 1914-1915 et 1914-1918.

Voulant reconnaître et honorer la belle conduite des citoyens à l’occasion des évènements de la guerre 1914-1915, un A.R. du 18 mai 1918 crée la décoration civique 1914-1915.
Le 12 décembre 1918, un Arrêté Royal modifie la dénomination de la décoration civique 1914-1915 en Décoration civique 1914-1918.


 

001-Médailles Civiques 14-18.jpg

Les croix de guerre 1914-1918.

Voulant honorer et donner en exemple la bravoure dont l’armée fait preuve sur les champs de bataille, le Ministre de la Guerre proposa par Arrêté-Loi du 25 octobre 1915, la création d’une Croix de Guerre.
Elle sera conférée pour acte de bravoure devant l’ennemi, à titre individuel ou collectif par le Commandant de l’armée.
Le ruban pourra être surchargé de plusieurs attributs, tels que petits lion (vermeil, argent ou bronze), palmes (vermeil, argent ou bronze).
La Croix de Guerre pourra être accordée à titre posthume.

002-Croix de guerre 14-18.jpg


La médaille de la Reine Elisabeth.

Voulant honorer les personnalités charitables, de nationalité belge ou étrangère qui, tant en Belgique qu’à l’étranger, se seront dévoués à soulager les infortunes de toute nature résultant de la guerre, se verront attribuer le Médaille de la Reine Elisabeth, instituée par Arrêté Royal du 15 septembre 1916.
Si l’intérieur de la Couronne de feuilles d’olivier comporte une croix patinée en émail rouge, la médaille est destinée à récompenser des dévouements qui se sont manifestés dans des hôpitaux.
Les médailles accordées aux femmes sont munies d’une broche, fixée au ruban par des points de fils rose

004-Reine Elisabeth.jpg


La médaille commémorative de la Campagne d’Afrique.

A.R. 21/2/1917. Sera traitée avec les médailles du Congo



Insignes et brassard des mutilés et invalide de guerre.

En conséquence de l’A.R. du 5 avril 1917, seront licenciés par réforme, les militaires en dessous du rang d’officier atteint de blessures, infirmités ou maladies donnant droit à l’exemption définitive de la milice.
L’article 16 de l’A.R. du 25 avril 1917 concernant le licenciement par réforme a institué un insigne spécial réservé aux invalides de la guerre 1914-1918. Il s’agit d’un insigne porté à la boutonnière, avec un fond en émail bleu foncé.
Une circulaire du 15 décembre 1920, supprime l’autorisation du port de l’uniforme aux invalides, et en remplacement octroie aux invalides avec 30% minimum d’invalidité, un brassard de 80mm de largeur et environ 44cm de longueur, aux couleurs de la médaille commémorative de la guerre 1914-1918, muni d’une étoile à 5 branches cerclée à côté de laquelle se trouve le cachet en noir du Ministère de la Défense Nationale.

005-brassard.jpg

006-brassard.jpg


La Médaille et la Croix de l’Yser.

C’est pour remplir un devoir de justice et de gratitude que le gouvernement, a créer la Médaille de l’Yser, insigne commémoratif des luttes épiques de la campagne de 1914, et qui pouvait être attribuée à tous ceux qui, au cours de la période du 17 au 31 octobre 1914, avaient fait partie de l’Armée de Campagne, combattant effectivement sur l’Yser et s’étaient montrés dignes de cette distinction.
Crée par A.R. du 18 octobre 1918
La Médaille de l’Yser pourra être accordée à titre posthume.
L’A.R. du 5 février 1934 modifie la dénomination. La médaille de l’Yser devient la CROIX DE L’YSER, sans qu’il n’y aie modification du bijou.
L’A.R. du 22 août 1934 modifie la forme de la médaille qui devient une croix. Les titulaires de la Croix, anciennement dénommée Médaille étaient autorisés à porter indifféremment la croix ou la médaille, mais pas simultanément les deux.

007-méd et cx yser.jpg


Les fourragères.

L’A .R. du 26 octobre 1918 crée la fourragère qui devait honorer d’une façon apparente et permanente la bravoure dont l’armée avait fait preuve, et particulièrement les actions d’éclat de certains régiments, bataillons, groupes et unités assimilés.
Deux types de fourragères ont été crées. La fourragères aux couleurs du ruban de la croix de guerre (rouge et verte), et les fourragères aux couleurs de l’Ordre de Léopold (rouge-violacé ou amarante clair). Il fut aussi crée une fourragère aux couleurs de l’Ordre de l’Etoile Africaine pour la campagne d’Afrique 1914-1917.
Il existe des fourragères miniatures aux couleurs de la croix de guerre ou aux couleurs de l’Ordre de Léopold à monter sur le ruban de la Croix de Guerre ou de la médaille de l’Yser

008-Fourragères 14-18.jpg


Les Décorations Maritime de guerre.

Cette décoration fut créée par l’Arrêté Royal du 19 novembre 1918, pour honorer la belle conduite des gens de mer qui, au cours de la guerre se sont particulièrement distingués par leur dévouement à la Patrie.

009-maritime 14-18.jpg


La médaille du Roi Albert.

Pour récompenser les hommes de nationalité belge ou étrangère, qui pendant la guerre, ont consacré leurs activités à promouvoir organiser ou administrer des œuvres de charité et d’humanité ayant pour objet de venir en aide aux Belges malheureux, une médaille qui portera l’effigie du Roi et son nom sera créé par A.R. du 7 avril 1919.
Quand la médaille est destinée à récompenser les personnes qui se sont dévouées au ravitaillement de la Belgique occupée, le ruban portera 2 rayures aux couleurs nationales.
La médaille existe unilingue français ou unilingue néerlandais au choix du récipiendaire.

010-Roi Albert.jpg


La médaille commémorative du Comité National.


Pour reconnaître les mérites et le dévouement de l’œuvre du Comité National de Secours et d’Alimentation, l’Arrêté Royal du 31 mai 1919 créera la Médaille Commémorative.
Elle comporte 4 classes.

011-Comité National.jpg


La Médaille de la Victoire.

A la fin de la guerre, le maréchal Foch, proposa la création d’une médaille de la victoire. Un insigne distinctif commun à tous les pays alliés dans cette guerre fut adopté.
La médaille de forme ronde de 36mm de diamètre portant à l’avers une victoire ailée en pied, et au revers la mention « la grande guerre pour la civilisation », traduite dans chaque langue propre, le ruban sera identique pour tous les pays. Chaque nation sera libre de traiter ces thèmes à son choix.
L’Arrêté Royal du 14 juillet 1919 instituera la Médaille de la Victoire. Le texte au revers de la médaille est bilingue.
La Médaille de la Victoire pourra être accordée à titre posthume.
Vu le nombre de pays ayant instauré cette médaille, elles constituent à elles seules un beau sujet de collection

012-victoire 14-18.jpg


La médaille commémorative de la guerre 1914-1918.

Le 21 juillet 1919, un Arrêté Royal institue la Médaille Commémorative de la Guerre1914-1918, pour attester d’une manière apparente les mérites de chacun des citoyens belges qui ont pris part, dans les rangs de l’armée, à la guerre de 1914-1918.
Le ruban pourra être éventuellement surchargé de divers attributs, dont couronne en vermeil de 6mm pour volontaires, barrette de front en argent ou vermeil de 2mm, croix émaillée rouge pour blessure, étoile d’argent pour les réformés, couronne en argent de 6mm pour membre d’un service de renseignement ayant obtenu un ordre de chevalerie, ancre en bronze de 10mm pour la marine marchande, petit lion en argent pour membre d’un service de renseignement, deux ancres entrecroisées de 6mm pour la marine militaire, barrette noire de 2mm par 6 mois de captivité, barrettes en vermeil avec inscription 1916R1917 et 1916R1918 pour le corps expéditionnaire des auto-canons mitrailleuses en Russie
La Médaille Commémorative de la Guerre 1914-1918 pourra être accordée à titre posthume.

013-Méd comm guerre 14-18.jpg

014-Méd comm guerre 14-18.jpg


La médaille de Liège 1914.

La Médaille de Liège 1914 fût frappée à l’initiative de la Ville de Liège en ce début de 1920 et distribuée pour la première fois, en avril de cette même année.
Cette médaille n’a jamais fait l’objet d’aucun A.R., ni d’aucune reconnaissance officielle. Toutefois le port a été toléré pour les militaires en activité de service. Il s’agit donc d’une distinction privée.

015-méd Liège 14-18.jpg


La Croix de Déportés.

L’Arrêté Royal du 27 novembre 1922, instituera la Croix des Déportés, qui récompensera les personnes de nationalité belge qui, au cours de la guerre 1914-1918 ont été déportés en masse en territoire ennemi pour refus de travail ou qui ont été réquisitionnés pour effectuer des travaux en dehors de leurs foyers, sous la contrainte de l’occupant.
La Croix des Déportés pourra être accordée à titre posthume.

016-déportés.jpg


La médaille de la Restauration Nationale.

Pour récompenser le mérite et le dévouement des membres des sociétés et comités crées pour aider le gouvernement dans l’œuvre de réparation des dommages résultants des faits de guerre, qui se sont spécialement dévoués à leur mission, il sera crée par Arrêté Royal une Médaille de la Restauration Nationale.
Cette médaille en bronze doré existe aussi en bronze foncé

017-restauration.jpg


La Médaille du Volontaire Combattant 1914-1918.

Afin de récompenser les citoyens belges ou étrangers qui de leur pro3re mouvement, ont contracté un engagement de volontaire qui permettait de les employer à tout poste présentant un risque immédiat, il sera créé par A.R. du 17 juin 1930, une médaille du Volontaire Combattant 1914-1918.
La Médaille du Volontaire Combattant pourra être accordée à titre posthume.

018-volontaire.jpg


La médaille du Prisonnier Politique 1914-1918.

En vue de récompenser les sujets belges qui, pendant la grande guerre ont subi une détention, infligée par l’occupant, à l’occasion d’actes désintéressés d’héroïsme et de dévouement à la cause des Alliés, une Médaille du Prisonnier Politique 1914-1918 a été créée par l’Arrêté Royal du 26 décembre 1930.
Médaille du Prisonnier Politique pourra être accordée à titre posthume.
La médaille existe unilingue français ou unilingue néerlandais au choix du récipiendaire.

019-Pris polit 14-18.jpg


La Carte, l’Insigne et la Croix de Feu.

Le 14 mai 1932, un Arrêté Royal instituait une Carte de Feu, qui sera conférée aux militaires belges qui ont accompli effectivement un certain temps de présence dans une unité au contact de l’ennemi, qui ont participé aux combats sur l’Yser, à l’offensive de libération, qui se sont évadés, ……
La carte de feu ne pourra pas être accordée à titre posthume.
Le 27 avril 1933, un A.R. créait un insigne spécial de boutonnière dénommé Croix de Feu, pour honorer les porteurs de la Carte de Feu.
Le 6 février 1934, un A.R. créait la décoration dénommée Croix de Feu, qui ne sera décernée qu’aux détenteurs de la Carte de Feu, qui tiendra lieu de brevet.

020-croix de feu.jpg


La Médaille Commémorative Coloniale 1914-1918.

Sera traitée avec les médailles du Congo


Médailles du Volontaire et du Volontaire Combattant octroyées pour la Guerre 1914-1918.

avec barettes 1914-1918

021-volontaire.jpg

 

Médailles NON officielles liées à la Guerre 1914-1918.


entre autres, la médaille des victimes civiles

022-non.jpg

Bibliographie
Distinctions Honorifiques de la Belgique - 1830-1985 par André-Charles Borné
Recueil Illustré des Décorations Belges et Congolaises - 4ème édition 1953 par Henri Quinot
Recueil Illustré des Ordres de Chevalerie et Décorations Belges de 1830 à 1963 - 5ème édition par H. Quinot
De la Toison d’Or à l’Ordre de Léopold II - MCMXXXIX (1939) par A. L’Hoist
Monnaies et Décorations du Royaume de Belgique 1831-1976 par André Van Keymeulen et Ivo Suetens
Honneur au Travail – Distinctions Honorifiques pour les Travailleurs 1830-1980 par André Borné
Les Médailles de la Présence Belge en Afrique Centrale – 1876-1960 (1996) par Marc Vancraenbroeck

15:53 Écrit par le fou de m dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.